Merci de partager cette page sur vos réseaux…
StevieDixon.com (vérif' Free) 
"Dear Mister Fantasy, play us a tune..." - Un certain TRAFFIC... magique ! -

Avec Steve Winwood, Jim Capaldi, Chris Wood, Dave Mason
Et Rebop Kwaku Baah, Rosko Gee, Ric Grech, Jim Gordon, David Hood, Roger Hawkins, etc

(Story suivie d'une discographie simplifiée)

Logo Traffic
De g à dr : Capaldi, Wood, Winwood (devant) et Mason (1968, pochette du 2nd album)… et le symbole !



Steve Winwood (chanteur d'exception, claviériste émérite et guitariste sous-estimé) a formé TRAFFIC au Printemps 1967, sabordant par la même occasion un Spencer Davis Group pourtant en pleine gloire (Gimme some loving était en haut des charts). Mais Stevie jouait assidûment depuis quelque temps déjà avec des copains de la région de Birmingham : Jim Capaldi (batteur) et Dave Mason (guitariste chanteur), qui faisaient partie d'un groupe nommé Deep Feeling. Plus Chris Wood (flûtiste et saxophoniste) qui jouait avec Locomotive. Tous les trois étaient d'ailleurs un peu plus âgés que Stevie qui n'avait que 19 ans et qui pensait qu'il était temps de passer à un autre niveau de création. La gestation du groupe avec son questionnement, son élaboration musicale progressive dans l'isolement du fameux cottage du Berkshire (une formule très à la mode ensuite), fut une étape essentielle pour Traffic. Même le logo (créé par une certaine Carol Russell) avait son importance symbolique ! Leur 1er single fut le très psychédélique "Paper Sun" en Mai 67, et l'album tant attendu allait paraître à la fin de l'année et s'intituler "Mr. Fantasy", d'après le formidable morceau qui le termine...

"Dear Mr Fantasy" est en effet un morceau magique, d'ailleurs parfois repris par Hendrix sur scène (mais aucun enregistrement correct ne semble exister, malheureusement !***), et dont on peut même penser (c'est notre petite théorie !) que son style et sa suite d'accords influencèrent largement quelques autres chansons magiques qui allaient suivre, comme le "Hey Jude" des Beatles (été 1968) ou bien - avec un rythme plus enlevé, mais toujours le même genre de "climax" - le "Sympathy for the Devil" des Rolling Stones (1968 forcément). Excusez donc du peu !!

Parenthèse : c'est Chris Blackwell, qui faisait fonction de manager, et qui avait trouvé le cottage perdu dans la campagne (et loué pour 2 ou 3 livres par semaine environ !). Fondateur du label Island dès 1960 en Jamaïque, puis en 1962 à Londres, Chris s'occupait des affaires de Steve depuis qu'il avait flashé sur le Spencer Davis Group au hasard d'une tournée de Millie (celle qui avec "My boy lollipop" avait donné son 1er tube à Island en 64) passant par Birmingham. Et il allait continuer longtemps encore, tout en menant à bien d'autres petits objectifs comme de populariser mondialement le reggae de Bob Marley & the Wailers à partir de 1972... Autre personnage essentiel autour de Traffic : Jimmy Miller, qui produisit les deux 1ers albums. Génial ingénieur du son qui travaillait aussi avec Winwood depuis le SDG, et il allait continuer avec Blind Faith, sans parler de la résurrection rock accomplie avec les Rolling Stones en 1968 pour "Beggar's Banquet" (sur lequel figure d'ailleurs Sympathy... CQFD : ça conforte notre petite théorie du paragraphe précédent !).

Mais revenons à "Mr Fantasy" : l'ensemble de ce premier album naviguait entre pop psychedelique, rock, blues et jazz et cela donnait au groupe un son absolument unique. Sur des musiques le plus souvent de Winwood (plus Wood parfois), Capaldi avait généralement le rôle de parolier. Sauf pour les morceaux de Dave Mason qui se distinguaient d'ailleurs nettement par un aspect plus "chanson". Cette singularité de Dave Mason par rapport au groupe et son intégration un peu marginale, allaient le faire quitter Traffic dès la fin 67, puis revenir, puis repartir, etc !

En Octobre 1968 arrivait le 2e album, nommé simplement "Traffic", dans le même esprit et tout aussi passionnant que le 1er, et avec d'autres perles grandioses comme "Pearly Queen", "40.000 Headmen" ou le plus léger et chantant "Feelin' Alright" de Mason. Cela n'empêcha pas le groupe de spliter une première fois à la fin de l'année, car Stevie avait ce vieux projet avec son copain Eric Clapton d'un groupe qui allait finalement s'intituler Blind Faith et se révéler bien difficile à vivre. La parution suivante de Traffic "Last Exit" fut donc un album posthume à moitié live avec un concert du Fillmore.
PopUpVIDEO [<< BLIND FAITH: Le concert de Hyde-Park du 7-6-1969]

 

Après Blind Faith, puis Airforce de Ginger Baker, Steve Winwood travaillait donc à un album solo quand son frère Muff révéla à la presse que Jim et Chris l'aidaient à terminer celui-ci. Traffic allait donc renaître de ses cendres en 1970 (et pour un opus solo de Winwood il faudrait attendre 1977 !) avec ce nouvel album au mois de Juillet "John Barleycorn must die". Un album plus folk, à l'instar de la très belle chanson qui lui donne son nom ("John Barleycorn", exhumée du folklore britannique, mais curieusement ramenée d'Amérique par l'étonnant Chris Wood !).

Assez vite, Steve souhaita élargir le nouveau groupe, alors débarquèrent successivement Ric Grech (bassiste, ex-Family et transfuge de Blind Faith aussi), puis "Rebop" Kwaku Baah (percussionniste ghanéen qui joua ensuite avec Can), et Dave Mason de retour des USA reprit une fois de plus "sa place". Jim Gordon (fameux batteur californien) s'installa derrière les fûts parce que Jim Capaldi souhaitait devenir percussionniste et chanteur ! Un album live fut enregistré cette année-là, nommé par leurs sept noms ajoutés (et sans celui de Traffic, mais on trouvait quand même le fameux logo !). Il s'appelle"Welcome to the Canteen" et on y trouve effectivement un peu à boire et à manger... C'est néanmoins un de leurs albums les plus populaires.

 

Le vrai nouvel album, qui allait sortir fin 1971 allait se révéler autrement plus novateur et fascinant, avec un titre fleurant bon le mystère déjà : "The low spark of high-heeled boys", et une pochette découpée avec un effet cube très design par l'artiste Tony Wright [wikipedia]. Exit Dave Mason, il restait donc 6 membres et les morceaux non chantés par Steve l'étaient par Jim (Light up or leave me alone) ou même par Ric Grech (Rock'n'Roll Stew).

 

Traffic 71

Jim Capaldi, apparemment de plus en plus séduit par le rôle de chanteur, allait bientôt partir enregistrer au Muscle Shoals Sound Studio (Alabama) son 1er album solo. Steve et Chris furent bien sûr invités à y participer (parmi d'autres comme Paul Kossoff ou Mike Kellie...). Et c'est ainsi que Winwood fut séduit par la rythmique implacable mais funky des fameux requins de studio oeuvrant là-bas. Et si le Traffic de 1972 comportait toujours 6 membres, la rythmique Grech-Gordon avait été remplacée par celle de Muscle Shoals : David Hood (basse) plus Roger Hawkins (drums). Avec le trio fondateur plus Rebop toujours là bien sûr.

 

?Ce fut donc le line-up pour un 2e album avec l'apparence cubique pour la pochette (toujours Tony Wright), aussi génial que son prédécesseur pour le contenu, le plus musclé "Shoot out at the Fantasy Factory". Comme dans le précédent, de longs thèmes y étaient développés dans des atmosphères plutôt jazzy, et Steve y faisait encore preuve d'une grande maestria, notamment de guitariste (sa qualité la plus méconnue alors) comme dans le magnifique "Uninspired" (titre mélancholique sur l'absence d'inspiration !).

 

Traffic on the road

Quelques mois plus tard arrivait un nouveau disque "On the road", donc un live cette fois, enregistré sur la tournée européenne avec la même équipe, assortie du pianiste Barry Backett (du même studio de Muscle Shoals forcément), ce qui permettait à Winwood de s'exprimer encore plus librement. Les morceaux, surtout tirés des deux précédents albums "cubiques" atteignant des durées encore plus longues (18 mn pour The Low Spark...) sans générer le moindre ennui.
PopUpVIDEO [<< Une vidéo live de cette période, "Shoot out…" avec 3 musiciens de Muscle Shoals]

Puis l'ultime vrai album de Traffic fut en 1974 le quelque peu déroutant (cas de le dire) "When the Eagle flies". Changement de direction encore et retour à un quartet : le trio de base Winwood-Wood-Capaldi augmenté du bassiste jamaïcain Rosko Gee. Bien moins de brillantes improvisations, mais un disque peut-être plus tourné vers l'intérieur, avec une réflexion philosophico-écologique sur le devenir de notre planète face aux outrages subis par Mère Nature... Album plus spirituel donc, avec pour le son un grand rôle aux claviers/synthé laissant en partie augurer de la suite de la carrière de Steve... ce qui n'est pas notre sujet ici !

Nous nous bornerons donc à ajouter que la réunion de Winwood et Capaldi en 1994 allait donner lieu à un nouvel album sous le nom de Traffic, intitulé"Far from Home". Et un tout nouvel album "The Last Great Traffic Jam" vient de paraître aux USA en cette fin 2005, avec du live cette fois de cette même année 1994 (dont un "Mr Fantasy" avec le regretté Jerry Garcia de feu-Grateful Dead !). Il s'agit d'ailleurs d'un "dual disc" dont la partie vidéo consiste en une interview de Steve et Jim, filmée à l'époque de l'entrée de Traffic au Rock'n'Roll Hall of Fame (en Mars 2004). Un genre d'ultime hommage à Jim Capaldi, disparu en Janvier 2005 (à 60 ans et après 6 mois de lutte contre son cancer). Rappelons que Chris Wood était mort en 1983, et Rebop l'année d'avant nous semble-t-il.

Trente ou bientôt quarante ans après, les albums de TRAFFIC sonnent toujours magnifiquement, pas le moins du monde datés, l'âge semblant ne pas avoir de prise sur cette musique hybride et splendide. Si vous avez lu attentivement, vous aurez compris que nos préférés sont les deux premiers (de 67 et 68) puis les deux "d'aspect cubique" (de 71 et 73), mais vous n'êtes pas obligé d'être du même avis. Comme chacun sait (enfin presque..) Steve Winwood a poursuivi une carrière solo fort brillante dans l'ensemble (même si certains disques nous ont laissé un peu indifférent), et Jim Capaldi aussi de son côté (une douzaine d'albums), mais pour nous la période TRAFFIC racontée ci-dessus reste à jamais la plus essentielle et la plus magique !

Logo IslandSerge Dumonteil (fin 2005)

PS : Constatant qu'on trouvait sur le web pas mal d'inepties et de contre-vérités sur le compte de Chris Blackwell (le boss d'Island, qui fut aussi manager de Traffic), on s'est décidé à faire une petite page en français sur lui...

 


Traffic Setlist Unknown gymnasium, Grenoble, France 1968Traffic Setlist Glastonbury Festival, Pilton, England 1971Traffic Setlist Palais d'Hiver à Lyon, France 1974, 74 European tour

Quelques setlists de concerts de TRAFFIC auxquels nous avons assisté jadis… 
- Celle de Grenoble, où Traffic avait joué pour les Jeux Olympiques d'hiver (avec Spooky Tooth en ouverture).
- Celle du premier festival de Glastonbury, où Traffic avait joué sur la fameuse scène en forme de pyramide…
(On trouve sur YouTube, la vidéo de Gimme Some Loving dans le film Glastonbury Fayre, Traffic est là en version Welcome to the Canteen, avec notamment Dave Mason, ici à la guitare funky)
- Et celle de l'unique concert à Lyon, donné finalement en Mars 1974, et avec John Martyn en 1ère partie (celle aux titres les plus incertains d'ailleurs).
Si vous cliquez vers le site Setlist.fm, vous pourrez voir des vidéos de chaque titre (live -mais bien sûr pas dans le lieu indiqué!- ou non, et avec parfois des erreurs...)



DISCOGRAPHIE ALBUMS

 

Lien vers un site français (de rock progressif) où vous pourrez trouver les titres contenus dans chaque album :
www.amarokprog.net/groupes_1847.html

+

-- -- --

+ Quelques BEST OF :

 -- -- -- -- ----

Des VIDéOS :

 --(Lien vers Amazon.fr) --(dvd Blind Faith live)


*** TRAFFIC & JIMI HENDRIX

Traffic-HendrixEn fait, si l'enregistrement live de Dear Mr Fantasy par Hendrix qui circule le plus sur le web est d'assez mauvaise qualité (NB: version chantée par Jimi > www.youtube.com/...), il en existe par contre une version instrumentale mieux enregistrée (bien que coupée en 2 parties) qui figure sur l'album "Paris 1967 / San Francisco 1968" sorti en 2003. Version enregistrée à SF le 4 Février 68 (au 2nd show du Fillmore) et avec Buddy Miles aux drums. Et ce disque peut être commandé chez "Authentic Hendrix" à Seattle : www.authentichendrix.com/...
On sait que les membres de Traffic et de l'Experience étaient devenus amis en 1967, et Jimi éprouvait une réelle admiration pour Steve Winwood, qu'il allait inviter plus tard en 68 à l'enregistrement de
Electric Ladyland, ainsi que Chris Wood et Dave Mason. Steve donne la réplique à Jimi à l'orgue Hammond sur le fameux Voodoo Chile. Il a d'ailleurs repris ce titre récemment en live et il figure sur le 2e disque de son "About Time" (2003). Dave Mason joue de la guitare acoustique sur All along the Watchtower (on dit que Jimi le perfectionniste lui aurait fait recommencer la prise plus de vingt fois). Quant à Chris Wood, il tenait la flûte sur "1983"... 1983 qui allait d'ailleurs curieusement s'avérer être l'année de sa disparition...
En Juin 1970, lors de la 1ère séance du studio Electric Lady, a eu lieu une jam (détails ici) qu'on peut retrouver sur le disque ci-contre (à la pochette assez fantaisiste puisqu'on y voit Burdon, Mayall, un des Move..?, avec Hendrix et Winwood ! Photo sans doute prise fin Mai '68 à Zürich où un "Monster Konzert"* avait réuni tout ce monde là...)
.

PopUpVIDEO JIMI HENDRIX "Dear Mr Fantasy" (Dallas 1968) [sound only, but not too bad on this one]

* monsterkonzert.blogspot.com > Un blog consacré à ce concert mythique de fin Mai 1968 à Zürich, avec Hendrix, Traffic, The Move, Eric Burdon, John Mayall, The Koobas...
C'est un de nos très grands regrets que de ne pas avoir pu assister à cet événement. Mais à cette période-là, en France, on manquait… d'essence !!


Some news…

2007 :

2008 :

2009 :

EC&SW bannière2010 :

2011 :

2012 :

2013 :



Quelques PAGES WEB recommandées :
PS : Pour tenter de propager la bonne parole, on a mis notre article ci-dessus (un peu allégé, en le dégraissant de quelques superlatifs) sur l'encyclopédie WIKIPEDIA ! (PS: Et il a bien été complété depuis).

PS (10-2006) : On a ensuite créé une page Wikipedia.fr sur Chis Wood aussi (en adaptant la page anglaise..)

Voici quelques autres articles que nous avons initiés sur WIKIPEDIA (dans la sphère rock) :
NB : Ils ont pu être retouchés par d'autres ensuite, puisque c'est la règle du jeu...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Julie_Driscoll *Sur Julie Driscoll, aka Julie Tippetts

http://fr.wikipedia.org/wiki/Giorgio_Gomelsky *Sur Giorgio Gomelsky (une certaine suite dans les idées !)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Joe_Boyd *Sur Joe Boyd (le producteur…)


Vidéos de TRAFFIC
(Pour celles qui s'ouvrent en "pop-up", cliquer sur "VIDEO" sur fond violet)

PopUpVIDEO "Hole in my shoe" (avec photos) // PopUpVIDEO "Dear Mr Fantasy" with Jerry Garcia, year? // PopUpVIDEO "Light up or leave me alone", 1972 //
PopUpVIDEO "Rock'n'roll Stew", Woodstock 1994 // PopUpVIDEO "Pearly Queen", 1994 // PopUpVIDEO "John Barleycorn"
PopUpVIDEO Concert au Fillmore East de Novembre 1970 (1h05, son uniquement)

(Ce DEAR MR FANTASY est de 1972)...


Dear Mr Fantasy, 30 years later...
Sur DailyMotion, on trouve cette version bien plus récente...
(= celle qui était avec l'album About Time, de 2003)


Steve winwood - Dear Mr fantasy (live)

DEAR MR FANTASY, with Eric Clapton, Hollywood Bowl, 30-6-2009
Filmé sur l'écran de la scène, son bizarre, mais c'est néanmoins éblouissant...
- -

Une "chaîne" youTube avec de très nombreuses vidéos sur Traffic/Winwood & co : http://www.youtube.com/watch?…


"English Soul"
Un remarquable documentaire sur Steve Winwood (BBB4, 2010, 1h)
Traffic y tient évidemment une place centrale…

Documentaire avec de nombreux interviewés dont Eric Clapton, Dave Mason, Paul Jones, Paul Rodgers, Paul Weller, Trevor Burton (des Move), Chris Welch (du NME, et biographe)… Mais c'est sans doute le grand frère Muff Winwood qui est le plus à même de parler de "l'enfant prodige" qui bluffait tout le monde, à la guitare en faisant du Duane Eddy, à l'orgue en jouant comme Jimmy Smith, et vocalement en chantant comme Ray Charles… Mais Stevie allait prendre envie de faire une musique plus personnelle, plus novatrice, d'où son départ du Spencer Davis Group pour former TRAFFIC en 1967. Avec ce choix de la vie du groupe en communauté en pleine campagne, pour avoir un rapport direct à la nature… et à certaines drogues aussi. Dans le documentaire, on assiste d'ailleurs, plus de 40 ans après, au premier retour de Steve vers ce fameux cottage du Berkshire où fut créé notamment "Mr Fantasy". Les lieux sont moins sauvages aujourd'hui mais on peut encore en apprécier les splendides paysages. Nos jeunes gens ne manquaient pas d'ambition, persuadés que la musique, et notamment la leur, pouvait changer le monde, et ne voulant surtout pas produire de la "pop-music"… C'est là que le clivage entre Dave Mason et les trois autres allait se creuser, car ils ne suivaient pas la même route, et ça aboutira à l'éviction de celui-là. Aujourd'hui, Dave en sourit (mais ça n'a pas toujours été le cas…). C'est donc à trois qu'ils s'embarquent en 68 pour leur première tournée américaine, en rencontrant notamment le Grateful Dead, cet autre groupe qui vit en communauté (interventions de Bob Weir et Mickey Hart). Puis c'est l'épisode BLIND FAITH en 1969, démarré sous de mauvais auspices : Clapton ne supportait pas l'appellation "supergroupe" qu'on leur collait invariablement, et il regrettait plus ou moins que Ginger Baker se soit imposé comme batteur ("il représentait quelque chose que j'essayais de laisser derrière moi"…). Il en viendra donc assez vite à abandonner, ce qu'il regrettera ensuite… ("Steve et moi avions besoin de plus de temps… J'ai un peu honte d'être parti…"). Puis c'est John Barleycorn avec Traffic finalement reformé, et quelques beaux albums de plus… jusqu'au split final en 1974, avec Steve et Chris particulièrement épuisés pour des raisons diverses… Puis cette curieuse renaissance de la carrière de Steve Winwood dans les 80s avec le succès aux USA notamment, Higher Love et compagnie : pas ce qu'on préfère ici… (Muff en dit "Ça convenait bien aux 80s, mais je ne suis pas sûr que ça lui convenait bien à lui… mais ce fut une période lucrative"). "One last Traffic Jam" en 1994 ("Traffic semblait reprendre de la valeur"), après la disparition de Chris… et avant celle de Jim. Et les retrouvailles entre Eric et Steve dans les années 2000…

(SD 2012)

PopUpVIDEO [<< Un autre documentaire, allemand, et sur Traffic]



Retour au début de l'article
Traffic sign

Voir aussi :

CHRIS BLACKWELL , fondateur de Island Records Logo Island

ou
EC&SW bannière

ou

Retour Page d'ACCUEIL
StevieDixon.com (vérif' Free)


*** ***

compteur de visites